Classement mondial des universités

Le classement

Le classement de Shanghai 2011 a été publié dimanche 14 août au soir et cette année encore les universités américaines sont à la fête et trustent 17 des 20 premières places!

Havard est toujours leader en tête du classement, suivie de l’université de Stanford, et Berkeley complète le podium tout en en profitant pour rétrograder le fameux MIT (Massachussets Institue of  Technology) à la quatrième position.

Côté français c’est hélas moins glorieux, on compte seulement 3 établissements d’enseignement supérieur dans le top 100. Paris-Sud Orsay à la 40e place avec une progression de 4 places. Viennent ensuite Pierre et Marie Curie (41e) et l’ENS (ecole normale supérieure) de la rue d’Ulm en 69e position.

Pas glorieux pour la France…

Au classement des nations, les États-Unis sont toujours en tête avec 151 universités dans le top 500, par très menacés par l’Allemagne  et ses 39 établissements classés. 3e le Royaume-Uni en compte 37, la Chine progresse encore de 2 places et accède à la 4e avec 35 universités citées. Suivent le Japon (23 établissements), le Canada et l’Italie sont ex-aequo (22). La France avec 21 établissements au top 500 dégringole au 8e rang alors qu’elle était encore 5e en 2009.

Les universités françaises mauvaises?

La France a donc du mal dans ce classement entre autre à cause de de ses spécificités nationales en terme de recherche. En effet le classement de Shanghai prend beaucoup en compte la qualité de la recherche des universités, et en France celle ci dépend à la fois des facultés mais aussi des organismes nationaux de recherche (CNRS, INRA…). Ces derniers n’étant pas pris en compte en temps qu’universités, cela dilue la note finale. Enfin la taille de ses universités française est également peu favorable, trop petites et fractionnées pour lutter contre les méga campus anglo-saxons, d’où les processus de fusion d’universités engagés. On retrouve cette année 21 établissements français, contre 22 l’an dernier, en effet la fusion d’Aix-Marseille-I et Aix-Marseille-II explique cette baisse, et la nouvelle université d’Aix-Marseille progresse au sein du classement.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*